Votre panier

Votre panier est actuellement vide.

Arthrite ou arthrose ? | 2 traitement naturels contre la douleur

Arthrite ou arthrose ? | 2 traitement naturels contre la douleur

Souffrir d’arthrite ou d’arthrose c’est vivre avec l’injuste impression que votre corps vieillit beaucoup plus vite que vous. La douleur, les courbatures et le sentiment de désespoir font partie du quotidien. Et ça, c’est doublement injuste.

Sachez qu’au Canada, l’arthrite touche 6 millions de personnes. Selon les estimations, ce nombre devrait passer à 9 millions d’ici 2040. Au Québec, 20% de la population adulte se dit atteinte d’arthrite.

Si le risque d’avoir des petits « bobos » augmente considérablement en vieillissant, la douleur articulaire ne devrait jamais être considérée comme « normale » peu importe votre âge.

Contrairement à ce qu’on pourrait penser, l'arthrite et l’arthrose ne sont pas des incontournables du processus de vieillissement.

Quelle est la différence entre l’arthrite et l’arthrose ?

Très simplement : l’arthrite est une famille de maladies et l’arthrose est le type le plus courant.

Plus officiellement, la Société Arthrite Canada explique qu’il s’agit de troubles inflammatoires et non inflammatoires des articulations.

L’inflammation est un processus de défense naturel que le corps met en place lorsqu’il subit une agression. L’enflure, la chaleur, la rougeur et la douleur sont des signes d’inflammation.

L’arthrite englobe donc une centaine de problèmes différents qui touchent les os, les muscles et les articulations. Par exemple, l’arthrose, la fibromyalgie, la maladie de Lyme, la polyarthrite rhumatoïde et la goutte pour ne nommer que ceux-là.

Le cas de l’arthrose

L’arthrose est la maladie articulaire la plus courante en Amérique du Nord. Aujourd’hui, elle touche 1 Canadien sur 7. Ce chiffre devrait continuer d’augmenter avec le vieillissement de la population. Dans la plupart des cas, l’arthrose survient après l’âge de 45 ans. Elle peut toutefois se déclarer à n’importe quel moment.

Il s'agit d’un trouble dégénératif qui s’attaque lentement aux articulations. La maladie cause la dégradation du cartilage et de l’os. Le cartilage est un type de tissu flexible et résistant qui couvre et protège l’os.

Le plus souvent, l’arthrose affecte les mains et les jointures qui supportent le poids corporel comme les hanches, les genoux, les chevilles et la colonne vertébrale.

L’arthrose s’installe tranquillement lorsque le corps devient incapable de réparer les tissus articulaires abîmés par l’usure normale ou par une blessure.

Êtes-vous prédisposé à faire de l’arthrose ?

Le risque d’être atteint d’arthrose augmente en vieillissant. Toutefois, la dégradation du cartilage de l’articulation peut débuter aussi tôt que 20 ou 30 ans.

En général, les personnes qui souffrent d'arthrose ne ressentent les symptômes que vers 50 ou 60 ans. Les radiographies de plus de la moitié des personnes âgées révèlent des signes d’arthrose.

Avant l’âge de 50 ans, les hommes sont plus souvent touchés par l'arthrose que les femmes. Après 55 ans, c’est l’inverse. Les changements hormonaux pendant la ménopause seraient responsables de cette statistique.

D’autres éléments sur lesquels vous auriez un certain contrôle, comme le surplus de poids, contribuent à l’arthrose du genou et de la hanche.

Les gens qui ont subi une déchirure du ligament croisé antérieur du genou et ceux qui doivent s'agenouiller souvent dans le cadre de leur travail ont plus de chance de souffrir d’arthrose.

Certains facteurs génétiques semblent également jouer un rôle important dans l’apparition de la maladie.

Les signes et symptômes de l’arthrose

L’arthrose n’est pas associée à des manifestations comme la fièvre ou la fatigue (à ne pas confondre avec l’épuisement psychologique souvent présent en cas d’arthrose). Ce détail est important. Il permet de différencier l’arthrose d’autres types de maladies de la famille de l’arthrite.

Les signes de l’arthrose vont de l’inconfort léger à une invalidité physique importante. Le principal motif qui pousse les personnes souffrant d’arthrose à consulter est la douleur.

Mis à part avoir mal, plusieurs autres symptômes sont aussi associés à l’arthrose:

  • Difficulté à effectuer des mouvements (ou perte d’amplitude)
  • Gonflement local et rougeur
  • Raideur dans l’articulation, principalement dans les 30 premières minutes suivant le réveil
  • Insomnie causée par la douleur
  • Lorsque la maladie est avancée, il est possible que des déformations apparaissent aux articulations touchées (nodules d’Heberden aux mains)
  • Crépitation de l’articulation (sensation de grincement causée par la présence de particules de cartilage)
  • Douleur plus prononcée les jours de mauvais temps (lors de mauvaise condition météorologique, la baisse de la pression atmosphérique peut intensifier la douleur)

Diagnostic d’arthrose : par où commencer

Comme l’arthrose ne peut pas être guérie, les traitements se concentrent sur le soulagement de la douleur, la réduction de l’inflammation, le maintien et l’amélioration de l’état de l’articulation.

Des changements précis dans vos habitudes de vie deviennent la base de la prise en charge de l’arthrose. Ceux-ci doivent être maintenus à long terme.

Si vous souffrez d’arthrose, vous devez trouver l’équilibre repos-activité qui vous convient le mieux.

En période de crise de douleur ou d’inflammation, il vous faut mettre l’articulation touchée au repos. Cette pause ne doit pas non plus être trop longue en raison du risque de raideur causé par l'inactivité (d’où l’importance de trouver votre équilibre).

Si vous présentez une surcharge pondérale (embonpoint ou obésité), il est important de perdre ce poids en trop. Celui-ci contribue à la détérioration de vos articulations.

D'ailleurs, l'activité physique (toujours selon l’équilibre dont nous venons de parler) est essentielle dans le traitement de l’arthrose. L’aérobie et les exercices d’amplitudes articulaires se sont montrés bénéfiques chez de nombreux individus.

Des approches complémentaires comme l’acupuncture, le yoga, la massothérapie, l’imagerie mentale et le toucher thérapeutique contribuent également à réduire la douleur articulaire.

Aussi, on sous-estime combien l’application en alternance de chaleur et de froid peut aider à réduire la douleur. La thermothérapie (coussins chauffants, hydrothérapie, ultrasons) est très utile dans les cas d’arthrose.

Deux traitements naturels contre la douleur causée par l’arthrose

L’eucalyptus et le menthol pour soulager l’arthrose

Des produits en vente libre qui contiennent de l’huile d’eucalyptus et du menthol peuvent offrir un soulagement local et temporaire de la douleur.

Lorsque ces extraits de plantes sont incorporés dans les crèmes, ils donnent une première sensation de froid (ou de fraîcheur). Ils agissent en stimulant les terminaisons nerveuses et en masquant les signaux de douleur que les neurones envoient au cerveau.

En début de maladie, les baumes et les crèmes à l’huile d'eucalyptus et au menthol peuvent aider à calmer les douleurs légères.

Le sulfate de glucosamine pour améliorer la perte de mobilité causée par l’arthrose

L’utilisation de la glucosamine dans le traitement de l’arthrose du genou légère à modérée est basée sur des résultats d’études rigoureuses. Son utilisation dans le traitement général de l’arthrose semble aussi être bénéfique.

Sachez que les résultats concernent le sulfate de glucosamine et que les préparations à base de chlorhydrate glucosamine ne sont pas concluantes dans le traitement de l’arthrose.

Le sulfate de glucosamine est fabriqué en laboratoire à partir de la carapace de crustacés comme la crevette. Le chlorhydrate de glucosamine quant à lui à l’avantage d’être végétalien, mais son efficacité reste à démontrer.

Chez nous, la glucosamine est en vente libre. Assurez-vous toujours de choisir un produit de qualité homologué par Santé Canada et d'appellation « sulfate de glucosamine » pour de meilleurs résultats. Il se peut que vous ne remarquiez une amélioration que plusieurs semaines après le début de la prise du supplément.

Conclusion : vivre avec l’arthrose

Vivre avec une maladie chronique et incurable est particulier. Les souffrances physiques, psychologiques et sociales qui y sont rattachées ne doivent jamais être sous-estimées.

Vos proches demeurent votre première ligne de soutien au quotidien. Toutefois, un accompagnement professionnel peut s’avérer bénéfique ou même nécessaire lors de l'annonce du diagnostic ou lorsque la maladie progresse.

Ne restez pas seul avec votre souffrance. N’hésitez pas à demander de l’aide à votre centre local de services communautaires ou à intégrer un réseau de soutien comme celui de la Société Arthrose Canada.

Bon courage,

L’équipe Adrien Gagnon

Article précédent
Poste suivant